Slip, caleçon ou boxer ? Que faut-il porter ?

Une question minimisée par beaucoup d’hommes reste le choix entre un slip, un boxer et un caleçon. Même si chez les hommes, les sous-vêtements ne sont pas vraiment des casse-tête comme chez les femmes, choisir le bon pour une aisance totale est important.

Slip, caleçon ou boxer

Pourquoi choisir entre les trois ?

À chaque sortie de bain, il est important de bien choisir le sous-vêtement à porter pour toute la journée de travail. La raison de ce choix est la recherche du confort dans ses vêtements tout en effectuant ses tâches habituelles. Un sous-vêtement est confortable lorsqu’il s’accorde bien avec les pantalons tout en dégageant un look tendance. Toutefois, il faut aussi tenir compte des parties intimes et de leur santé. En tenant compte des tendances, le choix entre un slip, un caleçon et un boxer peut s’avérer facile, cependant la question doit prendre en compte la personnalité, le confort, la santé ainsi que le look. Dans ce cas, il faut bien connaître son corps et lui fournir ce qu’il mérite.

Le choix d’un caleçon

À la mode depuis les années 80, les caleçons étaient le préféré des hommes. Le premier avantage que procure ce type de sous-vêtement est son total confort. Le corps n’est pas trop serré et les parties intimes se sentent convenablement à l’aise. Seulement, le choix du pantalon à porter avec du caleçon doit s’orienter vers les pantalons et shorts larges. Avec ces vêtements, le caleçon se maintient bien en place et suit le rythme des pantalons. Il est aussi préféré grâce à sa praticité à la maison, les ballades en caleçon sont permises chez soi sans avoir à porter d’autres vêtements. Quand il s’agit de porter des pantalons larges et même sous les fesses, un look d’adolescent est garanti. Le choix d’un caleçon est ici préférable pour les garçons de 15 à 18 ans. Dans ce cas, si vous voulez prouver votre virilité et votre côté homme, mieux vaut opter pour un autre choix. Un autre aspect négatif avec le caleçon est qu’il laisse libres les parties intimes et n’assure pas un confort. En tenant compte de sa caractéristique qui ne colle pas à la peau, avec un caleçon, les risques de démangeaisons et d’irritation sont élevés.

Le slip : une option des sportifs

Les publicités avec les footballeurs, à savoir David Beckham et Cristiano Ronaldo, montrent que les slips sont les tendances d’aujourd’hui. Avec ce type de sous-vêtement et grâce aux publicités, porter un slip offre le privilège de s’affirmer en tant qu’homme. Il est tout à fait clair qu’avec un slip, les parties intimes seront bien tenues et empêchent tous gestes brusques. La praticité avec un slip est qu’il ne roule pas dans les pantalons. Que ce soit sous un pantalon large, un pantalon slim ou un jean skinny, le slip joue agréablement son rôle de maintien. Ce qui est sûr avec un slip est que le risque d’irritation de la peau est réduit à zéro. Pour les sportifs, ce type de sous-vêtement offre plus de confort et empêche les parties de partir à gauche ou à droite. Les courses pourront se dérouler à merveille. Seulement, il faut bien choisir son slip pour éviter de porter un trop serré ou même trop large. Le slip serré n’assure pas de confort ou peut même nuire à la santé et le large sera confondu avec un caleçon.

Un boxer : une alternative entre les deux

Avec une même longueur que les caleçons et les mêmes effets que les slips, les boxers sont une étape entre les deux. Le caractère moulant du boxer permet aux belles fesses d’être mise en valeur. Pour ceux qui vont souvent dans les salles de gym, un boxer met bien en évidence vos atouts que ce soit au niveau des abdominaux ou du sexe. Un boxer accomplit le même rôle de maintien comme le slip. Cependant, son aspect long à la même longueur qu’un caleçon offre l’avantage d’être dans le confort toute la journée. Un sous-vêtement près du corps permet de porter n’importe quels pantalons et ne laisse aucune marque. Pour ceux qui optent pour un boxer, ils pourront s’affirmer en tant qu’homme cool, tendance et assument sa virilité. Il faut aussi tenir compte de la taille pour éviter un boxer trop serré nuisible à la santé des parties intimes.

Bien choisir son sous-vêtement

En tenant compte des avantages ainsi que des inconvénients des caleçons, des slips et boxers, la première conclusion à tirer est qu’il faut éviter les caleçons. Un risque plus grand d’irritation est visible avec un caleçon tout en laissant balloter les parties intimes. Une idée à voir aussi est la taille des sous-vêtements, il faut éviter ceux qui sont trop serrés à risque de causer des maladies. Même si les slips sont vus par la plupart des gens étant un sous-vêtement ringard, son atout est meilleur avec un maintien assurer des parties et vous pourrez remarquer qu’actuellement, les meilleurs sportifs optent pour ce sous-vêtement. Pour ceux qui ne sont pas encore à l’aise avec un slip, l’option boxer vous assure un confort, un look stylé et cool. Il permet de cacher les rondeurs tout en mettant en valeur les atouts. Un point à noter avant de choisir le mieux pour vous, il faut tenir compte de votre santé. Pour ceux ayant déjà subi une opération liée à une maladie au niveau des parties intimes, il vaut mieux opter pour un sous-vêtement plus large comme le caleçon, sinon, le boxer reste le meilleur.

Les différentes matières utilisées pour les boxers et les caleçons

Ces 20 dernières années ont été marquées par l’avènement d’un profond changement pour le sous-vêtement pour hommes ; s’il n’était autrefois qu’un simple vêtement fonctionnel, il a plus tard été érigé en un incontournable accessoire de mode.

Ainsi, il est désormais très rare de trouver des packs de 3 caleçons blancs vendus pendant les périodes de soldes dans les supermarchés, et ce au grand dam des hommes qui ont grandi dans les années 70 ou 80.

L’offre des dessous masculins a connu une diversité importante ; l’innovation se retrouve en grande partie dans les designs, les formats, les tailles et aussi les matières. Dans la mesure où ces dernières concernent le contact entre le sous-vêtement et la partie la plus sensible de l’homme, elles ne doivent surtout pas être négligées.

Nombreux sont les hommes qui aiment se sentir aussi bien à l’aise dans leurs boxers ou caleçons que dans leur peau. Pour des achats pertinents et susceptibles de contribuer à la fois à leur bien-être et leur confort, ci-dessous sont listées les différentes matières utilisées pour concevoir des sous-vêtements masculins.

Coton élasthanne / Coton stretch

Il s’agit de la matière la plus répandue. Ces sous-vêtements sont en grande partie constitués de coton (entre 89 et 98%) et d’élasthanne. Ce type de mélange se retrouve généralement dans les slips et les boxers.

Si le coton est une matière naturelle appréciée pour sa capacité d’absorption d’humidité, son confort et sa douceur, l’élasthanne est quant à lui une matière synthétique utilisée pour sa résistance, sa durabilité, son élasticité et sa légèreté.

Ainsi, les boxers et caleçons masculins en coton-élasthanne sont à la fois résistants, élastiques, légers et doux.

Pour ceux qui désirent avoir des sous-vêtements plus moulants, il leur faudra choisir ceux qui ont un plus grand pourcentage d’élasthanne.

100% coton

C’est la deuxième matière la plus utilisée pour la confection de sous-vêtements pour hommes. Le 100% coton se retrouve principalement dans les slips, les boxers et les caleçons flottants.

Le coton est une matière naturelle qui assure un contact hypoallergénique et doux ; toutefois, du fait de l’absence de fibres synthétiques, certaines personnes le trouvent rigide.

Il est important de préciser que la rigidité rend le sous-vêtement froissable, raison pour laquelle il est nécessaire de le repasser.

Le polyester

Lorsqu’il est utilisé pour la confection de sous-vêtements pour hommes, le polyester est très souvent mélangé à une autre matière (il est donc rare de trouver des dessous masculins en 100% polyester) ; on trouve donc des sous-vêtements en polyester et laine, polyester et coton, …

Le polyester est une matière qui assure un entretien facile du vêtement et un confort supplémentaire. De plus, il résiste aux divers frottements et étirements (les sous-vêtements sont donc élastiques et infroissables).

Le modal

Le modal est une matière obtenue à partir de fibres de cellulose de bois. Il se différencie des autres matières par son aspect luxueux, brillant et soyeux.

Les caleçons et boxers en modal présentent l’avantage de mieux absorber la transpiration que ceux en coton ou en polyester. De plus, ils résistent aux lavages, sont faciles à entretenir et sont agréables au toucher.

Le lycra

Les caleçons et boxers en lycra présentent la particularité d’être très élastiques ; en d’autres termes, ils reviennent à leur forme d’origine après un étirement et ne se déforment pas (et ce même après plusieurs lavages). De plus, ils sont dotés d’un touché soyeux et ne se froissent pas.

Ces sous-vêtements sont très appréciés sur le marché de la lingerie masculine.

Le bambou

Bien qu’il soit très peu utilisé pour la confection de sous-vêtements pour hommes, le bambou est une matière qui renforce les dessous masculins et leur apporte une incroyable douceur. Il est idéal pour les caleçons ou boxers « seconde peau ».

La viscose

Les sous-vêtements conçus en viscose ont un aspect lustré et soyeux ; en effet, la viscose est une matière qui donne à la fois un impeccable tombé, un confort optimal et un aspect fluide aux dessous masculins.

Un autre des avantages de la viscose réside dans le fait qu’elle absorbe mieux l’humidité que le coton.

Les polyamides

Très souvent utilisés pour la confection de sous-vêtements pour hommes, les polyamides sont en réalité des tissus élaborés à partir de matières synthétiques.

Le nylon est le polyamide le plus utilisé pour la confection de dessous masculins ; c’est une matière douce, soyeuse, élastique, souple et imperméable. Les sous-vêtements en nylon sont très résistants aux frottements variés et divers qu’ils subissent au fil des jours.

S’il est facile d’entretenir des sous-vêtements en polyamide, il est toutefois déconseillé de les mettre dans un sèche-linge (le polyamide ne résiste pas à la chaleur).

Les microfibres

Les sous-vêtements masculins conçus en microfibres assurent un confort optimal.

Les microfibres sont en grande partie utilisées pour la confection de dessous de sport car elles présentent la particularité de laisser s’évaporer la transpiration lors d’une activité physique intense (surtout qu’il n’y a rien de plus désagréable que le fait de sentir de l’humidité dans son boxer ou son caleçon).

Grâce à leur grande capacité de respiration, les textiles en microfibres préservent de manière naturelle la peau des hommes. De plus, ils résistent à la chaleur et peuvent être mis dans un sèche-linge.

Présentation des différents types de sous-vêtements masculins

Des feuilles d’arbres cousues ou de la peau d’animaux au string en passant par le subligaculum romain, les sous-vêtements masculins ont évolué à travers le temps. Jadis portés pour leurs fonctionnalités, ces accessoires vestimentaires sont devenus de nos jours de véritables accessoires de beauté et de virilité. Voici sélectionnés pour vous quelques sous-vêtements masculins contemporains.

Le caleçon

Plus ou moins court ou ample, le caleçon, tel qu’il est connu aujourd’hui, a fait son entrée dans les accessoires vestimentaires au cours des années 1920 et 1930. Selon la taille, il peut couvrir de la taille aux mi-cuisses ou aux chevilles. Doté d’un élastique à la taille et d’une ouverture par l’avant, il est très pratique pour la maison ou pour les sorties. Mais il n’est pas pratique pour le jogging ou tout sport qui pourrait faire balancer les parties intimes. Dans sa version longue, le caleçon couvre les pieds et permet de rester au chaud lorsqu’on travaille par basse température.

Le slip

Avec sa forme en Y qui épouse parfaitement l’anatomie, le slip a eu un grand succès dès son invention au début des années 1930. En effet, il ne frotte pas comme le caleçon, mais plutôt serre les cuisses tout en disposant d’assez d’espace pour que les parties intimes soient confortablement logées. Il convient de ce fait pour les activités sportives. Il se porte également sous des pantalons serrés ou légers. Lors du choix, la taille du slip est un facteur déterminant. Trop petit, il exercera une forte pression sur les testicules, ce qui peut diminuer la qualité fertilisante du sperme car les testicules trop collés au corps chauffent faisant courir aux spermatozoïdes le risque d’une mortalité précoce.

Le boxer

D’un excellent maintien similaire à celui qu’offre le slip, le boxer est un sous-vêtement pourvu de jambes comme un caleçon. Il a été inventé en 1925 par le créateur Jacob Golomb pour assurer aux boxeurs une plus grande aisance lors des compétitions. Très confortable, il est aujourd’hui l’un des incontournables sous-vêtements des hommes. De plus, il est très sexy, mettant en relief les parties intimes de l’homme.

Le kangourou

Le Kangourou est tout simplement un slip doté d’une poche à l’avant. Les premiers slips kangourous ont été confectionnés en 1927, André Gillier à Troyes. Très pratiques, ils permettent de ne pas avoir à baisser son sous-vêtement au moment de faire ses besoins naturels. Aujourd’hui, il en existe tout une grande variété avec des ouvertures verticales ou horizontales, avec ou sans boutons…

Le string

De forme triangulaire, il a la particularité de couvrir entièrement la partie intime par l’avant en laissant le fessier plus ou moins complètement dénudé. Accessoire de séduction féminine par excellence, le string a été plus tard adopté par la communauté gay et poursuit sa conquête de la gent masculine. En effet, de plus en plus de créateurs proposent des versions pour hommes de cet accessoire. Dans les sociétés primitives, hommes et femmes avaient parfois l’habitude de se couvrir avec des morceaux de tissus dont le port s’apparente au string moderne, même si celui-ci n’a connu son envol qu’à partir des années 1970.

Le borat

Il faut du courage pour porter ce dessous insolite et qui n’est autre que la réplique du maillot de bain que porte le personnage Borat dans le film du même nom réalisé par Larry Charles et sorti en 2006. Originellement de couleur vert-fluorescent, ce sous-vêtement est une sorte de cache-sexe retenu par des bretelles et relié, à l’arrière, par une corde de tissu passant au milieu des fesses. Le sous-vêtement borat très humoristique suscite curiosité et peut attirer des ennuis s’il est porté dans certains milieux plus ou moins conservateurs.

Le jockestrap

Le jockestrap ou slip coquille est un suspensoir muni d’une coquille dans laquelle se loge les parties intimes qu’il protège. Il est très utile pour certains sports de contact, par exemple le football américain, le rugby, le cricket mais aussi l’athlétisme. Outil de protection contre les chocs, il est très minimaliste, de sorte qu’il se laisse enfiler aisément au-dessus des sous-vêtements.

Conclusion

Quel que soit le type, le choix du sous-vêtement devrait se faire en tenant compte de l’utilisation mais aussi du confort qu’il peut procurer. Mais, au-delà de ces facteurs, le plus important dans le port d’un sous-vêtement est l’hygiène. Changer quotidiennement ses dessous vous préservera du développement des bactéries ou de la survenue des mycoses et, en définitive, cela ne fera qu’augmenter le plaisir de les porter.

L’histoire et l’évolution des sous-vêtements masculins

Les sous-vêtements masculins sont des accessoires quotidiens que nous pouvons retrouver dans tous les placards des hommes. Faisons ici un retour sur leur histoire et leur évolution à travers les âges.

Histoire caleçon homme

L’histoire du sous-vêtement d’homme

Adam et Eve ont utilisé ce qu’il y avait dans la nature pour couvrir certaines parties du corps. Ils ont pris des feuilles de figuier qu’ils ont cousu afin de faire des ceintures pour couvrir leur nudité et cacher leur honte. C’est ainsi que naît l’idée du sous-vêtement. Pour les Romains, l’aspect naturel n’était pas très important parce qu’ils portaient déjà d’autres habits qui leur servaient à protéger leurs organes génitaux des regards indiscrets. Tous les hommes revêtaient le subligaculum, une sorte de pagne, qui recouvrait toutes leurs parties intimes. Après les Romains, l’histoire des dessous des hommes s’est poursuivie.

Les temps obscurs du sous-vêtement homme

La chute de l’empire romain d’Occident entraîne également la disparition de l’habitude masculine de mettre des sous-vêtements. C’est ainsi qu’il semble que les barbares, les Romains désignaient comme cela tous les peuples qui ne s’exprimaient pas en latin, arrivés du nord ne portaient aucun sous-vêtement. Un usage qui va se maintenir jusqu’à la fin de l’époque moyenâgeuse.

Avec le temps, le port des chemises longues faites en lin devient de plus en plus populaire. Comme ces chemises étaient en tissu très fin et ainsi particulièrement agréables sur toutes les peaux, on les mettait sous des vêtements de dessus qui étaient plutôt rugueux à cette époque.

Le sous-vêtement masculin renaît

Il faudra attendre encore de nombreuses décennies afin d’assister à la renaissance des sous-vêtements masculins au sens strict. Effectivement, l’évolution d’une mode extérieure n’arrive pas à opérer un changement simultané et de manière notable des mentalités en ce qui concerne l’hygiène. Seuls certains riches ou nobles pouvaient s’offrir le luxe de quelques sous-vêtements en soie.

Il faut arriver aux années 1860 et 1870 pour vivre une période de renouveau vestimentaire importante et voir la création d’un nouveau type de caleçon. En 1876, chaque soldat de l’armée prussienne était équipé de plusieurs sous-vêtements en coton.

L’évolution des sous-vêtements masculins

Du sous-vêtement flottant au sous-vêtement moulant, leur évolution implique d’aborder des notions intrinsèques aux dessous des hommes : le confort, l’hygiène ainsi que le style. Ainsi les dessous masculins longs du début du vingtième siècle sont appréciés à cause de la chaleur apportée au corps. Lorsque le slip est affectionné par des sportifs lors de la première moitié du vingtième siècle puis par l’armée, l’âge d’or des caleçons arrive ensuite sous l’impulsion d’une grande marque dans les années 80.

Un vêtement masculin jusqu’au XIXe siècle

Le sous-vêtement ou culotte est un vêtement d’homme dans son sens premier. Sorte de pantacourt, cette culotte est portée par des messieurs de la grande société durant l’Ancien Régime. Pour les dames, elle est réservée aux vieilles personnes, aux malades ainsi qu’aux servantes quand elles font les carreaux.

L’apparition du dessous homme moderne

Peu à peu, le sous-vêtement homme se ferme et se raccourcit. Il devient à chaque fois plus pratique. Hommes, femmes et enfants portent un même modèle de dessous le plus souvent en laine.

Et c’est le créateur d’une marque très célèbre qui a imaginé puis commercialisé le dessous masculin que nous connaissons aujourd’hui, Pierre Valton. Il ouvre son atelier de sous-vêtements en 1893. Cet atelier deviendra Petit Bateau en 1920.

Les sous-vêtements deviennent plus confortables encore en 1925 quand Jacob Golomb, le fondateur d’Everlast, apporte des modifications aux caleçons portés par des pugilistes. Il se rend compte que les ceintures que tous les combattants portent ne sont pas très pratiques. Golomb les remplace par des ceintures élastiques très flexibles.

L’arrivée du sous-vêtement boxer

Les boxers n’ont pas été immédiatement une réussite comme sous-vêtement. Ils leur manquaient le soutien que les culottes et sous-vêtements longs d’autrefois apportaient. C’est seulement dès la fin de la deuxième guerre mondiale que ces boxers sont arrivés sur les devants de la scène.

Les sous-vêtements des hommes changent définitivement en 1934 quand Arthur Kneibler, le designer américain de Coopers, reçoit une carte postale de son ami en vacances à la côte d’azur. Cette carte montrait un monsieur en maillot de bain de style bikini. Kneibler a de suite imaginé la possibilité de transformer ce maillot de bain en sous-vêtement.

Après plusieurs tests, Kneibler créa le nouveau sous-vêtement sans jambes et confortable, avec une fermeture en forme de Y sur le devant. Ces dessous ont été appelés les « short Jockey ».

Le succès rapide a fait que les 600 exemplaires mis en vente pour la première fois sont partis dès le premier jour. L’entreprise a vendu 30 000 boxers en 3 mois !

Le succès du dessous homme

L’immense succès des sous-vêtements pour les hommes des designers a commencé dans les années 1970 et 1980, lorsque des marques comme Calvin Klein ont décidé de transformer ces dessous en les érigeant pour une première fois en accessoires de la mode. Ils sont ainsi mis en avant dans des clips vidéos.

Les coupes deviennent plus sexys et plus serrées. Les designs sont plus colorés et parfois très voyants.

Les vingt dernières années, malgré de nombreuses tentatives pour créer une lingerie masculine à proprement parler avec transparence, dentelles ou découpages, il n’y pas eu véritablement de révolution sur le marché.

Il semblerait ainsi que les boxers, qui sont désormais les sous-vêtements les plus portés en France et dans d’autres pays, aient comblé les attentes de tous les industriels.